⟵ Retour

Le Dauphiné : La députée face aux difficultés du personnel de l’Ehpad Ouléta

Jeudi 19 novembre après-midi, la députée Pascale Boyer a visité l’Ehpad Ouléta. L’occasion de faire le point sur l’épidémie dans l’établissement – qui a compté trois clusters – et sur les difficultés rencontrées par les soignants.

Jeudi 19 novembre après-midi, la députée Pascale Boyer était accueillie par le maire de Veynes, Christian Gilardeau, l’adjoint en charge des affaires sociales Alain Causse, le délégué Hervé Santana et le personnel soignant de l’Ehpad Ouléta pour témoigner sa solidarité envers le personnel, les résidents et les familles qui subissent un troisième cluster dans l’établissement.

La députée s’est retrouvée très rapidement dans le vif du sujet lorsque Brigitte Crouvizier directrice de l’Ehpad Ouléta a pris la parole au nom des soignants.

« On est épuisé »

Sans faux-semblant, cette dernière a présenté le bilan de cette crise sanitaire sans précédent. « Les soignants, qui sont en contact permanent avec les résidents et les familles, vivent des conditions extrêmement difficiles depuis la première vague. Il n’y a eu aucun répit et la deuxième vague est terrible. Les mesures sanitaires sont compliquées à mettre en place. Les soignants tombent malades à plusieurs degrés. Les heures, on ne les compte plus : 13, 14 voire 15 heures par jour, six jours sur sept et de longs mois sous tension. Les vacances, n’en parlons plus. On est épuisé physiquement, psychiquement et moralement. Mais, le compte n’y est pas ! »

En effet, Brigitte Crouvizier rappelle à la députée que les personnels hospitaliers perçoivent le complément de traitement indiciaire (CTI) de 183 € et que pour l’instant les personnels territoriaux qui englobent les soignants, le personnel administratif, d’entretien et de service n’ont rien perçu depuis septembre. « Nous sommes exclus. Il y a une inégalité flagrante et on attend un décret d’application. Nous sommes les oubliés de la sécurité sociale », lance-t-elle à Pascale Boyer.

La directrice a en revanche souligné les bienfaits des personnels supplémentaires embauchés par la municipalité via le CCAS. « Nous assumons nos responsabilités mais je m’inquiète. L’ARS, nous soutiendra-t-elle lorsque nous ferons le bilan à la fin de l’année. » La directrice a confirmé qu’il y avait assez de matériel et de stocks comparé au premier confinement et qu’un effort avait été fait au niveau de la cuisine grâce à la municipalité. La qualité est au rendez-vous, les résidents mangent mieux et les repas sont offerts au personnel. Elle a insisté aussi sur la reconnaissance des familles et des habitants qui ne les mettent pas à l’écart.

45 résidents et 22 soignants positifs

Le docteur Philippe Tora a présenté le bilan de l’état de santé de l’Ehpad. « L’état général des résidents est relativement bon. Aucune personne n’a été hospitalisée et nous évitons ainsi d’engorger les hôpitaux. Nous ne déplorons qu’un seul décès en août dernier. Une infirmière de nuit a été embauchée et j’espère que nous ne ferons pas marche arrière lorsque le pire sera passé. »

Pour Christian Gilardeau, bien que la résidence Ouléta en soit à son troisième cluster, l’épidémie reste « sous contrôle », malgré 45 résidents et 22 soignants positifs. « Les conditions sont difficiles mais le personnel asymptomatique est fidèle au poste et gère les résidents positifs. Des tests sont effectués hebdomadairement sur les personnes négatives. Nous avons un ou deux cas à chaque fois mais cela n’empire pas. »

« Lors du conseil municipal de mercredi, tous les élus ont eu une pensée pour vous et vous ont applaudi longuement. On ne vous lâche pas, ne lâchez rien », a-t-il conclu.

    🔗 Lire l'article sur Le Dauphiné


Le Dauphiné : La députée Pascale Boyer se réjouit d'une nouvelle valorisation salariale pour certains soignants
La députée des Hautes-Alpes Pascale Boyer se réjouit d’une nouvelle revalorisation salariale de 183 € pour certains soignants, qui avaient été exclus de cette hausse de salaire à la suite des décisions du Ségur d...
Pascale Boyer orateur pour la "mission flash" sur le service universel de la téléphonie fixe
J'ai été orateur pour la "mission flash" sur le service universel de la téléphonie fixe mené par ma collègue, Célia de Lavergne.Le problème d'accès au réseau téléphonique fixe est bien connu de nos territoires ruraux ...
Autonomie alimentaire et circuit court : je vais à la rencontre des serriculteurs de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Je suis allée à la rencontre de producteurs de fruits et légumes sous serres et j’ai également visité l’usine Richel  installée en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK