⟵ Retour

Question à Monsieur le ministre Alain Griset sur les secteurs touchés par la crise de la Covid-19

Mme la présidente. La parole est à Mme Pascale Boyer.

Mme Pascale Boyer. Face à la propagation croissante du covid-19 début novembre, vous avez dû prendre la difficile décision de fermer de nombreux commerces et lieux de rassemblement. En limitant la propagation du virus, il s’agissait aussi de permettre aux Français de profiter des instants précieux des fêtes de Noël. Celles-ci représentent un moment déterminant pour les commerçants ; le fait d’avoir ralenti la diffusion du virus en novembre a judicieusement permis de rouvrir les magasins dès le 28 novembre, et de sauver cette période cruciale. Avez-vous des informations sur le chiffre d’affaires que les commerces ont réalisé durant cette fin d’année 2020, par rapport aux années précédentes ?Nous savons par ailleurs que certaines activités ne pourront pas reprendre tout de suite – je pense notamment aux théâtres et aux cinémas, mais aussi aux restaurants, voire aux remontées mécaniques. Leurs acteurs ont salué les aides gouvernementales, qui sont à la hauteur de leurs besoins. Pouvez-vous leur assurer qu’elles seront reconduites aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à la reprise normale de leur activité ?Enfin, en cas de troisième confinement, pouvez-vous étudier la possibilité, pour les commerces et les services de proximité, de rester ouverts sur rendez-vous ? Cette solution permettrait facilement de limiter les sorties de chacun à une ou deux heures par jour ; en cas de contrôle, il suffirait de produire un justificatif de rendez-vous émis par le commerçant. Cette solution numérique de prise de rendez-vous est déjà prête sur le plan technique ; elle est adaptée à tous les commerces, quelle que soit leur taille, dans l’ensemble du territoire. Vous paraît-elle pertinente ?

Mme la présidente. La parole est à M. le ministre délégué.

M. Alain Grisetministre délégué. Il nous a été très difficile de décider de fermer les commerces en novembre, et c’est ce qui nous a amenés à mettre en place un dispositif exceptionnel de compensation qui, je l’espère, a permis aux commerçants de traverser cette période difficile. Nous avons particulièrement veillé à ce que ces mesures soient activées rapidement : les commerçants ont pu déposer leurs dossiers dès le 4 décembre, et beaucoup ont perçu une indemnisation dans les quinze jours. Près de 900 000 entreprises ont reçu une compensation, pour près de 4 milliards d’euros.Néanmoins, la situation sanitaire reste délicate. Des annonces sont attendues ce soir de la part du Premier ministre, et des mesures devront être prises. Nous verrons de quelle manière nous pourrons accompagner ces entreprises et naturellement, en cas de difficultés particulières, nous continuerons bien évidemment à le faire aussi longtemps qu’il le faudra : il serait ridicule, après les avoir aidées de mars 2020 à janvier 2021, de leur retirer brutalement l’échelle et de les obliger à cesser leur activité.Vous me demandez par ailleurs si, en cas de nouveau confinement – ce que je n’espère pas –, nous envisageons des prises de rendez-vous chez les commerçants. Mes équipes et moi y travaillons depuis plusieurs semaines avec les représentants des commerçants. Eux-mêmes n’avaient pas retenu cette solution qui pourrait être un peu compliquée à organiser dans certains cas, en particulier pour les plus grandes structures ; mais c’est une piste que nous continuons à explorer.Enfin, l’activité économique a été plutôt bonne entre le dernier week-end de novembre et la fin du mois de décembre, par rapport à 2019. La situation est toutefois contrastée : si l’activité a globalement augmenté d’environ 15 %, les commerces de chaussures et d’habillement ont moins profité que les autres de cette amélioration, et restent dans une situation particulièrement compliquée. C’est pourquoi nous travaillons avec cette branche au meilleur moyen de l’accompagner dans l’avenir.


Le Dauphiné : La députée Pascale Boyer se réjouit d'une nouvelle valorisation salariale pour certains soignants
La députée des Hautes-Alpes Pascale Boyer se réjouit d’une nouvelle revalorisation salariale de 183 € pour certains soignants, qui avaient été exclus de cette hausse de salaire à la suite des décisions du Ségur d...
Pascale Boyer orateur pour la "mission flash" sur le service universel de la téléphonie fixe
J'ai été orateur pour la "mission flash" sur le service universel de la téléphonie fixe mené par ma collègue, Célia de Lavergne.Le problème d'accès au réseau téléphonique fixe est bien connu de nos territoires ruraux ...
Autonomie alimentaire et circuit court : je vais à la rencontre des serriculteurs de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Je suis allée à la rencontre de producteurs de fruits et légumes sous serres et j’ai également visité l’usine Richel  installée en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK