Fil Info

Libération : Pascale Boyer cosigne une tribune pour la protection des orphelins de féminicides

Il est nécessaire de garantir un accompagnement médical et psychologique à long terme pour les enfants dont la mère a été tuée par son conjoint, selon un collectif de députés.

L’an passé, 90 femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. Malgré la prise de conscience croissante des homicides conjugaux, le sort des enfants demeure méconnu. En effet, ces féminicides ont engendré 76 nouveaux enfants orphelins en 2020, séparés de leur mère décédée et de leur père incarcéré. La moitié sont témoins du meurtre de leur mère.

Pour ces victimes collatérales, les répercussions psychologiques sont indéniables. Si 60% des enfants témoins de violences conjugales présentent des troubles de stress post-traumatique, ce taux atteint 100% en cas de féminicide. Isolés après la perte de leur mère et l’incarcération de leur père, ces enfants ne bénéficient ni d’un suivi particulier ni d’un environnement propice à leur développement. Or, il est nécessaire de leur garantir un accompagnement médical et psychologique à long terme.

Dès 2014, un «protocole féminicide» inédit a été mis en place en Seine-Saint-Denis. Ce dispositif est le fruit d’une collaboration entre l’Observatoire des violences envers les femmes, l’Aide sociale à l’enfance (ASE), le parquet de Seine-Saint-Denis et l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois. Il prévoit le placement provisoire en urgence des enfants après un féminicide, homicide, ou une tentative d’une particulière gravité. L’état de santé des enfants est évalué et le suivi se poursuit une fois les soins terminés. Au printemps, ce protocole a été étendu dans le département du Rhône. Nous devons accélérer son déploiement, en augmentant les moyens de formation du personnel, d’organisation des services et de financement, afin que chaque enfant puisse faire le deuil de sa mère et se reconstruire sans reproduire les violences dont il a été témoin, voire victime.

Pour mieux protéger et accompagner nos enfants, des progrès ont été réalisés en France. Par exemple, la mesure 14 du Grenelle des violences conjugales a supprimé l’obligation alimentaire des descendants envers le parent condamné pour homicide volontaire de l’autre parent. En outre, le projet de loi relatif à la protection des enfants de juin prévoit l’interdiction de la séparation des fratries, ainsi que l’évaluation systématique de la possibilité d’une prise en charge de l’enfant auprès d’un membre de la famille ou d’un tiers de confiance avant le placement à l’ASE. Nous devons continuer le progrès pour prévenir et améliorer le quotidien des enfants victimes.

La prise de conscience des répercussions des féminicides sur les enfants est encore trop lente, en témoigne le passage tardif du statut de témoin à celui de covictime, en 2018. Pour protéger ces orphelins, nous devons accélérer la prévention des violences intrafamiliales, garantir une aide financière, médical et psychologique, et renforcer les moyens consacrés à leur protection. Ne laissons plus nos enfants affronter seuls des événements dévastateurs, trop lourds pour leurs épaules. Accélérons la protection de nos enfants !

Premiers signataires : Patrice Anato, Damien Adam, Lénaïck Adam, Erwan Balanant, Françoise Ballet-Blu, Aude Bono-Vandorme, Pascale Boyer, Stéphane Buchou, Carole Bureau-Bonnard, Guy Bricout, Stéphane Buchou, Pierre Cabaré, Anne-Laure Cattelot, Sylvie Charrière, Jean-Charles Colas-Roy, David Corceiro, François Cormier-Bouligeon, Josiane Corneloup, Yolaine de Courson, Olivier Damaisin, Yves Daniel, Marguerite Deprez-Audebert, Loïc Dombreval, Jacqueline Dubois, Frédérique Dumas, Jean-François Eliaou, Paula Forteza, Bruno Fuchs, Laurence Gayte, Raphaël Gérard, Fabien Gouttefarde, Yannick Haury, Christine Hennion, Michel Herbillon, Danièle Hérin, François Jolivet, Fadila Khattabi, Rodrigue Kokouendo, Jean-Christophe Lagarde, Anissa Khedher, Sonia Krimi, Amélia Lakrafi, Luc Lamirault, Marion Lenne, Brigitte Liso, Marie-France Lorho, Jacques Marilossian, Monica Michel-Brassart, Thierry Michels, Adrien Morenas, Valérie Petit, Maud Petit, Patrice Perrot, Michèle Peyron, Pierre-Alain Raphan, Rémy Rebeyrotte, Jean-Luc Reitzer, Hugues Renson, Marie-Pierre Rixain, Mireille Robert, Laurianne Rossi, Isabelle Santiago, Marie Tamarelle-Verhaeghe, Liliana Tanguy, Jennifer de Temmerman, Stéphane Testé, Valérie Thomas, Huguette Tiegna, Elisabeth Toutut-Picard, Nicole Trisse, Frédérique Tuffnell, Laurence Vanceunebrock, Pierre Venteau, Jean-Marc Zulesi.  

    🔗 Lire la tribune sur Libération

RCF : Pascale Boyer parle de son engagement en politique, et de quelques thèmes d'actualité
10 sept. 2021
Pascale Boyer, députée de la 1ère circonscription des Hautes Alpes, parle de son engagement en politique, et de quelques thèmes d'actualité. Elle répo
Communiqué de presse : Condoléances de Pascale Boyer suite au décès de Monsieur le maire Patrick Vigne
25 août 2021
C’est avec un grand étonnement et une forte tristesse que j’ai appris ce matin le décès brutal de Monsieur Patrick Vigne, maire de L'Argentière-la-Bes